dimanche 19 octobre 2014

Test de la semaine : shampoing L'épicée, les Délices d'Azylis.

Cette semaine, c'est d'un shampoing fabuleux que je vais vous parler. J'avais déjà testé la marque Les Délices d'Azylis il y a un an, et j'avais été ravie par le shampoing crème sucrée et le bain d'huile de la même gamme. Aujourd'hui, c'est leur nouveau shampoing que j'aimerais vous faire découvrir, L'épicée. Une petite analyse de la composition, le test et mon avis... Si cela vous intéresse, lisez la suite !

  Test de la semaine : shampoing L'épicée, les Délices d'Azylis.  



Les Délices d'Azylis, c'est une marque française de soins capillaires naturels. Ces produits ne sont pas certifiés bio, néanmoins leur composition reste excellente, saine et surtout, naturelle. De plus, pas de risque que la composition soit tronquée puisqu'il s'agit d'une entreprise française. Pour lire ma revue sur le shampoing crème sucrée et le bain sucré, cliquez ici : Les délices d'azylis, la crème sucrée et son bain d'huile.

          L'épicée, Les délices d'Azylis
          21€ - 200ml 
            >> L'acheter sur : Univeda.fr <<

Tout d'abord, arrêtons nous un peu sur la composition du shampoing :



Ingrédients (INCI) : Aqua, Sodium cocosulfate, Bentonite, Sodium cocoyl isethionate, Anogeissus leiocarpus leaf extract, Sodium benzoate, Xanthan gum, Capryloyl glycine, Gluconolactone, Citric acid, Sodium stearoyl glutamate, CI77491 Mica, Protium heptaphyllum oil, Mentha piperita oil, Pogostemon cablin oil, Zingiber officinalis oil, Cinnamomum cassia oil, Eugenia caryophyllus oil, Benzyl alcohol, Calcium gluconate, Eugenol, Cinnamal, Limonène.

Je vais commencer par le point négatif, le tensioactif utilisé : le sodium coco-sulfate. Il est certes plus doux que les autres sulfates (ammonium lauryl sulfate, sodium laureth sulfate...) mais reste néanmoins un peu trop détergent. Cela dit, malgré la présence de ce tensioactif, ce shampoing a une mousse très fine et ne semble pas agresser mes cheveux, bien au contraire. On a l'impression qu'il est vraiment tout doux. 

          La composition est plutôt simple : de l'eau, le tensioactif principal, de l'argile (rhassoul), un second tensioactif et de l'extrait de bouleau d'afrique. A cela, on ajoute quelques agents de texture comme la gomme xanthane, des actifs hydratants (comme le gluconolactone), un agent conditionneur (capryloyl glycine) et enfin, les fameuses 5 épices, qui sont en fait une synergie d'huiles essentielles : résine d'encens, menthe poivrée, patchouli, gingembre, cannelle et giroflier. Nous avons donc bien nos cinq épices mais également d'autres essences parfumées.

     ► En bref : une formule simple et qui tient ses promesses, des huiles essentielles, et le strict minimum qui fait, vous allez le voir, très très bien son travail.


 Parfum, texture, efficacité...






Ce shampoing sent très bon, même si je préférais l'odeur de la crème sucrée ; plus douce, plus cocooning. Le parfum de L'épicée est parfait pour l'automne, il évoque vraiment la saison. La cannelle et la menthe sont, je trouve, dominantes, le patchouli ne se sent pas tellement ou alors en toute petite note. L'odeur ne reste, hélas, pas longtemps sur les cheveux mais en revanche elle embaume la salle de bains lors du shampoing et ça réchauffe la pièce.

     ► La texture est fluide, très agréable à appliquer. En frottant une petite noix de shampoing entre les mains, on obtient déjà une petite mousse qui se répartit très bien sur le cuir chevelu et les racines.

Mais le détail le plus important, c'est que non seulement ce shampoing n'emmêle pas les cheveux, mais en plus - en tout cas pour ma part - il a un léger effet démêlant. Ce qui fait que l'usage d'un après-shampoing n'est pas forcément nécessaire. De plus, il suffit à rincer un bain d'huile assez chargé (je l'ai testé après avoir laissé poser 48h mon huile divine mandarine). Après, évidemment, je ne pense pas que ce shampoing démêle des cheveux très indisciplinés ou bouclés, mais pour des cheveux comme les miens très fins et à peine ondulés qui ont besoin d'un démêlant léger, c'est parfait.

     ► Le shampoing est coloré mais ne fonce absolument pas votre couleur. Donc si comme moi vous êtes blonde, rassurez-vous ! La couleur du produit ne s'accroche pas à vos cheveux.

Si ce shampoing vous tente, vous pouvez avoir -10% sur le site Univeda avec le code CHEVEUXDEMINI10.


Avez-vous déjà testé cette marque ?
Allez vous vous laisser tenter par ce shampoing ?

jeudi 16 octobre 2014

Une huile précieuse au parfum de divine Mandarine...

Aujourd'hui, je vais vous faire découvrir un soin au parfum merveilleux et qui fait des miracles sur mes cheveux en cet automne... Il s'agit d'une huile qui, laissée longtemps sur mes cheveux, les rend plus souples, plus brillants et plus doux, en plus de les parfumer délicatement ! Sans plus tarder, voici ma revue.

  L'huile précieuse au doux parfum de Divine Mandarine...  







Cela faisait un bon moment que je n'avais plus fait de bains d'huile ; par manque de temps et surtout, parce que j'essaie d'économiser mon petit fond d'oléo silk qui est plutôt parfaite en soin de finition sur cheveux secs qu'en soin à faire poser. J'ai donc eu l'occasion de tester une huile plus riche et parfaite pour l'automne : l'huile Divine Mandarine, proposée par la marque Univeda !

Ingrédients (INCI) : Prunus armeniaca (Abricot) kernel oil, Simmondsia chinensis (Jojoba) seed oil*, Sesamum indicum (Sésame) seed oil, Borago officinalis (Bourrache) seed oil, Citrus paradisi (Pamplemousse Rose) peel oil, Citrus reticulata (Mandarine) peel oil, Pogostemon cablin (Patchouli) oil, Tocopherol, Glycine soja oil, Citral, Citronellol, Geraniol, Limonene, Linalool

Rien à dire sur la composition ; elle est parfaite. C'est une synergie de plusieurs huiles végétales (abricot, jojoba, sésame, bourrache et glycine de soja) avec des huiles essentielles (pamplemousse, mandarine et patchouli). L'huile de jojoba est certifiée biologique. Premier bon point : les huiles utilisées sont toutes très bonnes pour les cheveux, et la majorité ont un effet bonus. L'huile d'abricot est une très bonne base - que j'utilisais auparavant comme démaquillant - qui n'a pas spécialement d'effet particulier, mais reste un corps gras. Les huiles de jojoba et de sésame sont excellentes pour protéger les cheveux, l'huile de bourrache est stimulante pour la pousse... Et les huiles essentielles utilisées sont bénéfiques pour les cuirs chevelus gras. En fait, les hydrolats ou les essences d'agrumes sont de très bons alliés contre l'excès de sébum.

         Cette huile est plutôt fluide, tout en étant riche, et s'applique très facilement. Le packaging est très beau, dans les tons de l'automne, des couleurs chaudes et qui donnent vraiment envie... Et surtout, le parfum est exquis ! Si vous aimez les agrumes, et le patchouli, vous serez ravis par cette huile car elle sent divinement bon (et porte donc très bien son nom). Pour les massages, elle est également parfaite, elle pénètre assez vite la peau, l'odeur est apaisante et on ne reste pas avec une sensation de gras.

Mais c'est surtout sur mes cheveux qu'elle fait des merveilles. Et sur ce point, les images sont plus parlantes que les mots :



De la brillance, de la douceur, et de la souplesse : que demander de plus !

J'ai pris quatre pressions de l'huile, frotté entre mes mains pour la faire chauffer et appliqué le tout sur  mes longueurs. J'ai laissé poser le bain d'huile sur deux jours. J'ai profité d'un week end pour laisser mes cheveux en paix et reculer mon shampoing jusqu'au lundi (donc, 8 jours entre deux shampoings) et, de ce fait, l'huile a été bien absorbée et a protégé mes cheveux durant tout ce temps. J'ai rincé avec un simple shampoing sans appliquer d'après-shampoing (d'ailleurs, avec mon shampoing du moment, l'après-shampoing ne s'avère pas spécialement nécessaire) je vous parlerai d'ailleurs de ce dernier très bientôt ; il s'agit du shampoing L'épicée des Délices d'Azylis.

Si cette huile vous tente, vous pourrez la trouver ici : Huile divine mandarine, Univeda
Le seul bémol, c'est son prix : 19€ pour 100ml. Mais je pense tout de même que le résultat est à la hauteur. Peut-être que c'est l'ensemble, l'espacement des shampoings, le bain d'huile très long et le shampoing très doux, en tout cas le résultat me plaît et c'est l'essentiel !

P.S. : vous pouvez avoir -10% sur toute la boutique avec le code CHEVEUXDEMINI10.




Et vous, connaissez-vous cette huile ?
Quel est votre soin du moment ?

lundi 13 octobre 2014

Pourquoi j'ai arrêté de me maquiller.

Vous me posez souvent beaucoup de questions par rapport au maquillage. Pourquoi je ne me maquille pas, pourquoi je n'utilise pas de maquillage bio pour "pouvoir" me maquiller, comment réagissent mes proches, ou les personnes que je ne connais pas... J'ai donc décidé de vous en parler plus amplement, à travers cet article et surtout à travers une vidéo qui répond à vos principales questions.

  Pourquoi j'ai arrêté le maquillage.  



La plupart des sujets qui me tenaient à coeur sont abordés dans la vidéo. Néanmoins, j'ai l'impression d'avoir oublié des détails importants et je tenais donc à la compléter ici, sur le blog.

La vidéo : pourquoi j'ai arrêté de me maquiller et mon regard sur le maquillage.


J'aimerais donc revenir sur un point que je n'aborde pas, ou très peu, dans la vidéo ; la situation de la femme face au maquillage. Se maquiller, lorsque l'on est une femme, est presque un devoir au regard des hommes, mais évidemment on nous laisse encore très peu de choix ; une femme non maquillée (ou pire : non épilée !) sera jugée négligée, voire sale, alors qu'il ne s'agit que de son état... Naturel ! Au contraire, une femme "trop" maquillée sera systématiquement jugée vulgaire, superficielle, et taxée de sobriquets machistes... En clair, aucun équilibre dans tout cela et surtout, aucune liberté ; que faire, alors ? Se maquiller selon un seul modèle bien précis et toutes devenir des pantins en uniforme ? Et encore, le "trop de maquillage" varie selon les critères de chacun. La pression qui pèse sur nous, avec le maquillage, est principalement masculine, en tout cas c'est ce que je constate avec le recul. Par ailleurs, dans les publicités, jamais je n'ai vu un homme être attiré par une femme ne portant pas de maquillage. Là encore, des messages subliminaux sont glissés un peu partout pour nous enlever toujours un peu plus de notre confiance.



Mon "historique" maquillage est assez lourd et, pour ma part, la principale fonction du maquillage (entendez par là ; la fonction qui a duré le plus longtemps) a été bien malheureusement de me servir de masque, pour me cacher ; soit parce que je détestais mon apparence à l'époque, soit pour éviter tout simplement de montrer mon visage. Petit à petit, par habitude, en sortant de l'adolescence et en ayant davantage confiance en moi, cela s'est transformé en plaisir et en atout pour me "mettre en valeur" ou pour faire ressortir mes yeux mais je commençais à trouver cela de plus en plus long, pénible, inutile et surtout sans but précis. Je me posais souvent la question "mais pourquoi je me suis maquillée, ce matin"... Pourtant je me sentais obligée de le faire pour être acceptable socialement.

        Lorsque j'étais en coiffure, comme je le dis dans la vidéo, j'ai arrêté de me maquiller totalement (pendant un peu plus d'un an, et ce même lorsque je travaillais en salon). Le personnel enseignant et les élèves étaient tous aussi intolérants les uns que les autres, on aurait presque dit qu'ils avaient du maquillage à me vendre sous le manteau tant les arguments employés étaient publicitaires, et typiquement le genre de discours prémâché et ressorti sans même chercher à réfléchir ou à comprendre ledit discours. On me donnait des conseils que je ne demandais pas, comme si mon visage non-maquillé était un appel au secours : "vite, relookez-moi". Or je demandais tout sauf des jugements déguisés en pseudo-conseils professionnels de maquillage dont je n'avais que faire. Cette attitude m'agaçait profondément et c'est aussi pour cela que j'ai recommencé à me maquiller par la suite pendant quelques années ; pour que l'on me fiche la paix. Au salon, les remarques allaient bon train (dans mon dos, la plupart du temps) allant du "elle est malade, elle est fatiguée, ça se voit" au "sans maquillage là, comme ça, on dirait une dépressive", toujours sans réfléchir, juste parce que j'avais décidé d'aller à contresens du chemin imposé par ce milieu plutôt superficiel (et là, le mot prend tout son sens : des personnes qui jugent sans chercher à aller plus en profondeur, en restant dans ce qu'ils voient du bout de leur nez) et ultra-normé.

Avec le recul, je pense réellement que le maquillage a freiné mon épanouissement et l'acceptation de mon corps. Je ne me sentais belle que maquillée, j'avais du mal à sortir sans "au moins un peu d'anti-cernes et de mascara" qui se transformait en "je me poudre rapidement et discrètement et je me maquille tout le visage"... Plus je me voyais maquillée et moins j'appréciais mon image réelle, heureusement avec le temps et quelques périodes d'absence totale de maquillage pendant plusieurs semaines, cette impression a peu a peu disparu.





       Avec le temps j'ai maintenant un avis totalement neutre vis à vis du maquillage ; mais je n'ai pas envie de me maquiller. J'apprécie mon visage sans maquillage, je n'ai pas envie d'avoir l'impression de le dénaturer. Je trouve que c'est une perte de temps, et qu'on nous impose un style trop précis de maquillage ; de plus, en ayant comparé plusieurs sites et en ayant trouvé une moyenne de 134€ pour dix produits basiques de maquillage bio, je préfère largement garder mon argent pour autre chose ; à ce tarif là, j'ai un cadre de lit, un week end thalasso, environ 58 kilos de bananes ou encore 19 places de cinéma... Je ne me maquille pas, même en soirée, ou pour une quelconque occasion car je ne vois pas pourquoi je devrais me présenter différemment ! Cela me semble logique. Pour certains, se maquiller c'est se respecter et respecter les autres. Pour moi, se respecter, c'est écouter son corps, ses idées, faire ce qui nous embellit en nous rendant heureux et non en modifiant forcément notre apparence.

Et vous, qu'en pensez-vous ?
Quel est votre regard vis à vis du maquillage ?

vendredi 10 octobre 2014

L'analyse : 9 produits greenwashing décryptés... à éviter.

Le greenwashing est partout, de plus en plus. On donne un faux aspect naturel à des produits conventionnels pour les faire surfer sur la vague du bio. Pour découvrir ce qu'est le greenwashing et comment le repérer, vous pouvez consulter cet article : comment repérer un faux produit naturel. Après la théorie, la pratique : nous allons analyser neuf produits usant typiquement du greenwashing.

  9 produits greenwashing décryptés... à éviter.  




Vous allez le voir, dans cet article, on va retrouver les mêmes ingrédients toxiques dans la plupart des produits. Des agents occlusifs ayant le même effet que le silicone mais sans en être, des conservateurs dangereux, des produits tout sauf écologiques... Rien de naturel, rien de bio. Et surtout, rien de sain à long terme... Cet article a été réalisé à l'aide de connaissances personnelles acquises en trois ans de blogging et de passion pour les cosmétiques ainsi que des sources suivantes : wikipédia, EWG skindeep, et L'observatoire des cosmétiques. Une simple recherche google sur chacun des ingrédients dénoncés dans cet article permet de voir qu'ils sont effectivement dangereux, toxiques et déconseillés.  Aucune volonté de diffamation donc, je ne fais que regrouper des informations à la portée de tous et les diffuser. Les produits greenwashing ne sont pas meilleurs que les produits conventionnels, pas même "un peu moins toxiques", on retrouve les mêmes ingrédients problématiques, il y a simplement des ingrédients ajoutés comme des huiles, des beurres, des extraits végétaux... Pour camoufler le reste.


Après-shampoing aux fibres de lin, Klorane.

Ingrédients (INCI) : Water (Aqua), Vinegar (Acetum), Inulin, Peg-40 Hydrogenated Castor Oil, Hydroxypropyl Guar Hydroxypropyltrimonum Chloride, Ceteareth-33, Cetearyl Alcohol, Cetrimonium Chloride, Fragrance (Parfum), Hydroxyethylcellulose, Limonene, Linum Usitatissimum (Linseed) Seed Extract (Linum Usitatissimum Seed Extract)), Phenoxyethanol, Potassium Sorbate, Propylene Glycol, Sclerotium Gum.

Cette marque a toujours fait l'usage de silicones et contourne maintenant le problème en remplaçant ces derniers par des ammoniums quaternaires. Puis, souvenons-nous de leur gamme à l'huile de vison, une graisse animale, produit de la souffrance et de traitements atroces infligés aux animaux.

"Sans silicones" mais avec des PEG (polyéthylène glycol, composé éthoxylé au procédé de fabrication polluant et dangereux), des ammoniums quaternaires et de la cellulose... "Sans parabens" mais avec du phenoxyethanol, conservateur cancérigène qui n'a rien à leur envier... Et ce "soin" contient aussi du propylène glycol, irritant pour la peau. De plus, la proportion d'eau est énorme, et la proportion d'ingrédients actifs, ridicule voire quasi-nulle.

Shampoing Pure 0%, Timotei.

Ingrédients (INCI) : Aqua, Sodium Laureth Sulfate, Cocamidopropyl Betaine, Sodium Chloride, Camellia Sinensis Leaf Extract, Guar Hydroxypropyltrimonium Chloride, Parfum, Maltodextrin, Disodium EDTA, PPG-12, Citric Acid, Sodium Hydroxide, Sodium Benzoate, Butylphenyl Methylpropional, Geraniol, Hexyl Cinnamal, Limonene, Linalool

Ce shampoing est prétendument "aux extraits de thé vert bio". Le terme bio attire tout de suite l'oeil ainsi que le packaging épuré. Les deux sont particulièrement trompeurs. Or bien sûr, pas de label, et pour cause ; ce shampoing contient un ammonium quaternaire (gomme de guar cationique, ou quaternisée) le guar hydroxypropyltrimonium chloride, mais aussi et surtout un conservateur très nocif,

le butylphenyl methylpropional, (aussi appelé lilial, associé à des allergies de contact et de l'eczéma...) accompagné d'un autre conservateur dangereux et allergisant, l'hexyl cinnamal. Sans oublier le fait que le tensioactif (l'agent lavant) de ce shampoing n'est autre que le sodium laureth sulfate, l'un des détergents les plus agressifs et irritants pour le cuir chevelu.

Masque nutri-réparateur, Yves Rocher.

Ingrédients (INCI) : Aqua (Water), Cetearyl Alcohol, Glyceryl Stearate, Distearoethyl Hydroxyethylmonium Methosulfate, Butyrospermum Parkii (Shea Butter), Parfum (Fragrance), Cetearyl Glucoside, Sodium Benzoate, Avena Sativa (Oat), Citric Acid, Amyl Cinnamal, Linalool, Salicylic Acid, Hexyl Cinnamal, Butylphenyl Methylpropional, Cinnamyl Alcohol, Cananga Odorata (Ylang Ylang) Flower Oil.

Ce produit soit-disant naturel présente pas moins de 7 ingrédients en commun avec un après-shampoing... Saint-Algue Syoss. Les conservateurs et autres agents masquants utilisés sont catastrophiques. 

On retrouve le lilial et l'hexyl cinnamal, et on y ajoute le cinnamyl alcohol, un agent servant à masquer les odeurs, reconnu toxique pour le système immunitaire et allergène. On trouve également de l'amyl cinnamal, un ingrédient entrant dans la composition des fragrances, pouvant causer allergies et eczéma. Et bien sûr, en substitut de silicone, un ammonium quaternaire pour le faux effet "réparateur", car comme on le sait, un cheveu ne se répare pas ! Cet agent est occlusif, anti-statique et "conditionnant" exactement comme le silicone.



Shampoing doux amande et miel, Corine de Farme.



Ingrédients (INCI) : Aqua, Sodium Laureth Sulfate, Sodium Chloride, Glycerin, Peg-7 Glyceryl Cocoate, Cocamidopropyl Betaine, Parfum, Styrene/Acrylates Copolymer, Polyquaternium-22, Citric Acid, Peg-150 Pentaerythrityl Tetrastearate, Sodium Benzoate, Peg-6 Caprylic/Capric Glycerides, Magnesium Nitrate, Sodium Hydroxide, Mel Extract, Sodium Lauryl Sulfate, Magnesium Aluminum Silicate, Prunus Amygdalus Dulcis Fruit Extract, Methylchloroisothiazolinone, Magnesium Chloride, Potassium Sorbate, Xanthan Gum, Methylisothiazolinone, Sorbic Acid.

Cette marque est aussi bien connue dans le fabuleux univers du greenwashing. Imitations de labels avec des petites mentions cerclées "95% naturel"...

Des arguments de vente portant à croire que les produits sont sains et naturels... Alors que comme vous pouvez le voir, on y trouve une profusion assez impressionnante d'ingrédients synthétiques et nocifs. Des tensioactifs agressifs, des composés éthoxylés (PEG) ainsi que des substituts de silicone (polyquaternium-22), et deux conservateurs contenant de l'isothiazolinone, dont la toxicité est reconnue. Irritant pour la peau, les yeux, les muqueuses... Et possiblement neurotoxique selon EWG. On trouve comme promis du miel et de l'amande, probablement à hauteur de 0,5% environ... Puisqu'ils arrivent après le sodium hydroxide (soude caustique) qui sert de correcteur de pH et est donc présent en infime quantité. Or les ingrédients sont classés par ordre de quantité, du plus présent au moins présent dans la liste. Sauf en dessous de 1%, et les fabricants profitent de ce détail pour faire "remonter" un peu les extraits naturels dans la liste. Je vous laisse imaginer la possible quantité de miel et d'amande dans ce shampoing...

Après-shampoing Rafistoleur, Lush.

Ingrédients (INCI) : Agar Agar gel, Propylene Glycol, Soya Milk, Cetearyl Alcohol & Sodium Lauryl Sulfate, Fresh Cantaloupe Melon, Organic Extra Virgin Olive Oil, Perfume, Organic Yoghurt, Organic Avocado Oil, Lanolin, Cetearyl Alcohol, Organic Jojoba Oil, Synthetic Musk, Violet Leaf Absolute, Orange Flower Absolute, Neroli Oil, Methyl Ionone, Cetrimonium Bromide, Methylparaben, Propylparaben.

Lush est la marque de référence quand on commence à s'intéresser au sans silicone, sans sulfates, et pourtant... Ces produits sont bien loin d'être sains. Sensés être frais, ils se conservent pourtant plusieurs mois et contiennent des ingrédients toxiques.

Notamment les parabens, perturbateurs endocriniens bien connus... On y trouve également du propylène glycol en première ligne (irritant), un mélange d'alcool cétéarylique et de sodium lauryl sulfate en tant que conditionneur / tensioactif (irritant également, décapant...) qui en fait un produit bien plus proche du shampoing... Et également un ammonium quaternaire (cetrimonium bromide) qui est à la fois un agent conditionnant occlusif et... un biocide. Aussi néfaste pour nous que pour la faune aquatique... On trouve également de la lanoline, une sorte de sébum récupéré dans la laine des moutons. Décidément, étrange pour une marque qui défendrait les animaux.

Masque beurre nutrition Rainforest, The Body Shop.

Ingrédients (INCI) : Aqua, Cetearyl Alcohol, Distearoylethyl Hydroxyethylmonium Methosulfate, Olea Europaea Fruit Oil, Parfum, Phenoxyethanol, Cetyl Esters, Glycerin, Schinziophyton Rautanenii Kernel Oil, Benzoic Acid, Caprylyl Glycol, Salicylic Acid, Trisodium Ethylenediamine Disuccinate, Mel, Pentaclethra Macroloba Seed Oil, Sodium Benzoate, Tocopherol.

Ce masque sans silicone contient, bien évidemment, des agents occlusifs ; ici des ammoniums quaternaires. Un ingrédient que l'on a retrouvé précédemment à plusieurs reprises. Ce qui apportera le même effet... Et bien sûr, en tant que conservateur, du phenoxyethanol.

La composition résumée de ce masque serait : de l'eau, un alcool gras, un quat, un peu d'huile pour faire joli, du parfum et un conservateur. Rien de très transcendant... Et l'huile naturelle la plus présente est une bête huile d'olive, on est bien loin de la rainforest exotique et des huiles mises en avant (pracaxi et manketti) qui elles arrivent à moins de 1% dans la composition (puisque derrière le phenoxyethanol)...

Shampoing couleur Delicate care Biolage, Matrix.

Ingrédients (INCI) : Water, Sodium Cocoyl Isethionate, Sodium Lauryl Sulfoacetate, Disodium Laureth Sulfosuccinate, Sodium Lauryl Sarcosinate, Cocamidopropyl Betaine, Glycol Distearate, Glycereth-26, Decyl Glucoside, Fragrance, PPG-5-Ceteth-20, Divinyldimethicone/Dimethicone Copolymer, Amodimethicone, Polyquaternium-7, Polyquaternium–10, PPG-55 Propylene Glycol Oleate, Propylene Glycol, Carbomer, C11-15 Pareth-7, Argania Spinosa Oil, Glycerin, Ethylhexyl Methoxycinnamate, Limonene, Trideceth-12, Laureth-9, Euterpe Oleracea Pulp Powder, C12-12 Pareth-23, Hexyl Cinnamal, C-12-13-Pareth-3, Coumarin, Linalool, Butylphenyl Methylpropional, Enzyl Alcohol, Hydroxycitronellal, Amyl Cinnamal, Methylchloroisothazolinone, Methylsothiazolinone, Sodium Hydroxide, Citric Acid

La gamme Biolage de chez Matrix est utilisée et vendue dans des salons de coiffure qui se prétendent et s'auto-proclament "salon bio", ou "salon de coiffure naturel". Ce n'est hélas pas le cas, et les coiffeurs aussi se mettent au greenwashing. Pour l'anecdote, je suis passée devant un salon de coiffure au nom évocateur (Naturel, verdure...) à Saint-Etienne, décoré avec du vert, du bambou, des tapis tissés... Et dans la vitrine, des produits Kérastase et Matrix étaient fièrement exposés ainsi que des colorations Inoa qui n'ont, elles non plus, rien de naturel. Ce genre de pratique mensongère et trompeuse me choque. Mais passons au produit...
On y trouve pas moins de 8 composés éthoxylés (PEG) qui sont, rappelons-le, fabriqués à partir d'oxyde d'éthylène (gaz hautement toxique). Mais aussi 4 silicones et autres agents occlusifs, et 5 agents toxiques dont au moins 3 conservateurs dangereux... L'ethylhexyl methoxycinnamate, ou octinoxate, est un perturbateur endocrinien. Il sert à bloquer les UV, c'est courant dans un shampoing spécial couleur, mais en réalité parfaitement inutile... Ah oui et bien sûr, les tensioactifs utilisés sont bien peu recommandables...

Sérum réparateur pointes Phytokératine, Phyto.

Ingrédients (INCI) :  Viola Tricolor Extract, Orbignya Speciosa Kernel Oil, Cetearyl Alcohol, Aqua, Polyquaternium-37, Gossypum Herbaceum (Cotton) Seed Oil, Isodecyl Neopentanoate, Behentrimonium Methosulfate, Glycerin, Punica Granatum Seed Extract, Parfum (Fragrance), Caprylic/Capric Triglyceride, Astrocaryum Murumuru Seed Butter, Hydrolized Sericin, Hydrolized Corn Protein, Hydrolized Soy Protein, Hydrolized Wheat Protein, Hydrolized Hyaluronic Acid, Butylene Glycol, Pentylene Glycol, Hydroxypropyl Trimonium Honey, Silica Dimethyl Silylate, A6tellocollagen, Potassium Sorbate, Chitosan, Tocopherol, Sphingolipids, Cyclodextrin, Dextrin, Chlorphenesin, Methylisothiazolinone, Phenoxyethanol.

Ce sérum ne répare bien évidemment pas les cheveux, mais surtout, il n'est pas naturel malgré ce que la marque et le packaging laissent penser.

Comme dans la plupart des produits vendus très cher, on trouve une longue liste d'ingrédients, afin de faire croire au consommateur qu'il achète un produit bien riche et bien rempli d'actifs naturels. Or, le cinquième ingrédient est un quat, agent occlusif substituant le silicone, qui se dose généralement entre 1 et 3% dans ce genre de produits. Finalement, la proportion d'ingrédients naturels est, encore une fois, bien faible. Au rang des conservateurs, c'est assez effroyable ; on voit de nouveau la clique phenoxyethanol / isothiazolinone à laquelle viennent s'ajouter le butylène glycol et la chlorphénesine, qui fait partie de la famille des glycols et est proche du propylène glycol. Il y a également présence de pentylene glycol, un solvant synthétique.

Masque nutrition aux 2 huiles, Le Petit Marseillais.

Ingrédients (INCI) : Aqua, Cetearyl Alcohol, Glycerin, Behentrimonium Chloride, Oleic/Linoleic/Linolenic Polyglycerides, Argania Spinosa Kernel Oil, Butyrospermum Parkii Oil, Polyester-11, Polyquaternium-22, Isopropyl Alcohol, Hydroxyethylcellulose, Citric Acid, Sodium Benzoate, Parfum, Benzyl Salicylate, Hexyl Cinnamal, Limonene, Linalool, Cl 15985, Cl 19140.

Je pense que vous connaissez les publicités de cette marque et le slogan "restez nature" qui mériterait d'être suivi d'un "ou pas".

Il est assez facile de résumer la composition de ce masque ; de l'eau, des émollients, un agent façon silicone et des colorants, et hop, c'est fini. On ajoute les deux huiles promises pour ne pas trop faire de publicité mensongère et on met des colorants pour donner l'impression qu'il y a beaucoup d'huiles. Mais comme vous pouvez le voir, on retrouve toujours les mêmes agents occlusifs, les mêmes conservateurs toxiques et les mêmes additifs.

Le principe du greenwashing est toujours le même ; faire du bourrage de crâne publicitaire jusqu'à ce que, dans l'esprit du consommateur, un produit ait une image champêtre, naturelle, saine, alors qu'il s'agit d'un bête produit de grande distribution qui ne pourrait dans aucun monde bénéficier d'un quelconque label bio, aussi laxiste soit-il. Vous en avez ici quelques exemples mais bien sûr, les faux produits naturels sont nombreux et la seule garantie pour les éviter est bien sûr la présence d'un vrai label : Cosmébio, Nature & progrès, Natrue ou BDIH sont une garantie d'excellence.

Avez-vous déjà testé l'un ou plusieurs de ces produits ?
Connaissez-vous des personnes qui considèrent que ces produits sont naturels ?

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...