vendredi 24 octobre 2014

Tout pour soigner ses tatouages au naturel !

Adopter une routine saine, bio et/ou minimaliste n'est pas incompatible avec le fait d'avoir des tatouages ! Seulement, pour que la couleur reste vive et belle, le tatoueur nous conseille plusieurs produits pour l'entretien du tatouage dont la composition ne peut pas vraiment être qualifiée de propre. Alors comment faire cicatriser et entretenir son tatouage avec des soins naturels ? C'est ce que vous allez découvrir.

  Soigner ses tatouages au naturel  
CICATRISATION, SOINS APAISANTS ET ENTRETIEN D'UNE PEAU TATOUÉE


Etant moi-même tatouée, j'ai essayé et approuvé tous les soins dont je vais vous parler dans cet article. Lors de la cicatrisation, tout s'est très bien déroulé, et actuellement les couleurs ont toujours autant d'éclat - même le rouge, alors qu'il a tendance à ternir plus facilement.

                  La cicatrisation :

Les premiers jours suivant votre tatouage, la couleur aura tendance à dégorger et à laisser de magnifiques traces sur vos vêtements (pour l'anecdote, en ayant dormi sur le ventre avec mon chest, j'ai retrouvé le motif fièrement tamponné sur le lit au petit matin). Pour limiter cela et surtout protéger la couleur, je vous conseille d'utiliser de l'huile de coco et du beurre de cacao (ou de karité). Le must : mélanger les deux pour obtenir un baume onctueux, qui fond facilement et s'applique rapidement. L'huile de coco a des propriétés anti-bactériennes et le beurre de cacao crée un film protecteur qui prolongera l'hydratation de votre peau et aidera à la cicatrisation de votre tatouage. Vous pouvez également mélanger votre huile de coco à un peu de cire d'abeille pour en faire un baume.

        Astuce : un baume à lèvres bio est constitué la plupart du temps de cire d'abeille, de beurres végétaux et d'huiles. Vous pouvez donc parfaitement vous en servir de baume de soin pour les tatouages. En plus, le format vous permet de l'emporter partout. La crème Tattoo Goo, par exemple, est composée de cire d'abeille et d'huiles végétales, comme un baume à lèvres ; en revanche elle coûte bien plus cher, pourtant c'est le même genre de composition ! 

        Par exemple : le baume à lèvres bio Oleanat (karité, huile de sésame, cire d'abeille)


                  Les soins apaisants :

Au bout de trois ou quatre jours, votre tatouage commence à peler, et les démangeaisons apparaissent. Surtout n'essayez pas de tirer sur la peau qui pèle, ça ne sert à rien et la couleur risque d'en prendre un coup. Pour combattre cet effet un peu désagréable, le sidr sera votre allié ! Il est très apaisant et parfait pour réduire les irritations. Mélangez de la poudre de sidr (jujubier) à un peu d'eau chaude. Elle doit être très visqueuse, et avoir de la tenue pour ne pas couler. Et appliquez cette pâte en cataplasme sur tout votre tatouage. Laissez poser le tout une dizaine de minutes ou plus si vous le souhaitez. Là encore vous pouvez ajouter un peu d'huile de coco dans votre préparation.

>> Evitez l'aloé vera pendant la cicatrisation de votre tatouage. Vous pourrez l'utiliser à loisir après pour hydrater votre peau, mais stoppez son utilisation lors de la période pendant laquelle votre tatouage est tout frais, il est un peu "trop" cicatrisant et risque de faire dégorger les couleurs qui tiennent moins bien comme le rouge ou le bleu. Attendez au minimum un mois (le temps que l'encre soit bien en position) pour utiliser de l'aloé vera sur votre peau tatouée. Evitez aussi les huiles essentielles ; elles ne sont d'aucune utilité dans le processus de cicatrisation d'un tatouage.

        Astuce : le miel est aussi un excellent cicatrisant et apaisant. Mélangez un peu de miel à de l'huile de coco si vous n'avez pas de sidr et laissez poser cette mixture en cataplasme. N'importe quel miel fait l'affaire (thym, lavande, châtaignier ou mille fleurs, peu importe) tant qu'il s'agit d'un miel bio et de bonne qualité.


                  Le nettoyage, l'entretien :

savon Diâne au lait d'ânesse
Concernant le nettoyage, j'utilise le même savon pour le visage et le corps et c'est également avec ce savon que je nettoie le tatouage. Le lavage au savon est, pour moi, idéal car c'est à la fois doux et plus écologique. J'utilise un savon saponifié à froid, ou de temps en temps un savon au lait d'ânesse (en ce moment, un savon Diâne car j'ai quelques échantillons). 

Je ne fais pas de traitement spécifique ni de soins particuliers pour mon tatouage : je le traite comme le reste de ma peau, avec le moins de produits possibles, le strict minimum : nettoyage au savon ! Les savons saponifiés à froid libèrent de la glycérine qui hydrate à merveille la peau et laisse un léger film, ce qui est particulièrement bénéfique pour les tatouages. 

Pas de gommages, pas d'hydratation avec mille et une crèmes, juste de la simplicité. J'évite juste de trop l'exposer au soleil pour éviter que les couleurs ne deviennent ternes trop rapidement. Et voilà, une fois de plus moins on en fait et mieux c'est !

Et vous, qu'utilisez-vous pour l'entretien de vos tatouages ?
Si ces astuces vous ont été utiles, n'hésitez pas à partager l'article !

dimanche 19 octobre 2014

Test de la semaine : shampoing L'épicée, les Délices d'Azylis.

Cette semaine, c'est d'un shampoing fabuleux que je vais vous parler. J'avais déjà testé la marque Les Délices d'Azylis il y a un an, et j'avais été ravie par le shampoing crème sucrée et le bain d'huile de la même gamme. Aujourd'hui, c'est leur nouveau shampoing que j'aimerais vous faire découvrir, L'épicée. Une petite analyse de la composition, le test et mon avis... Si cela vous intéresse, lisez la suite !

  Test de la semaine : shampoing L'épicée, les Délices d'Azylis.  



Les Délices d'Azylis, c'est une marque française de soins capillaires naturels. Ces produits ne sont pas certifiés bio, néanmoins leur composition reste excellente, saine et surtout, naturelle. De plus, pas de risque que la composition soit tronquée puisqu'il s'agit d'une entreprise française. Pour lire ma revue sur le shampoing crème sucrée et le bain sucré, cliquez ici : Les délices d'azylis, la crème sucrée et son bain d'huile.

          L'épicée, Les délices d'Azylis
          21€ - 200ml 
            >> L'acheter sur : Univeda.fr <<

Tout d'abord, arrêtons nous un peu sur la composition du shampoing :



Ingrédients (INCI) : Aqua, Sodium cocosulfate, Bentonite, Sodium cocoyl isethionate, Anogeissus leiocarpus leaf extract, Sodium benzoate, Xanthan gum, Capryloyl glycine, Gluconolactone, Citric acid, Sodium stearoyl glutamate, CI77491 Mica, Protium heptaphyllum oil, Mentha piperita oil, Pogostemon cablin oil, Zingiber officinalis oil, Cinnamomum cassia oil, Eugenia caryophyllus oil, Benzyl alcohol, Calcium gluconate, Eugenol, Cinnamal, Limonène.

Je vais commencer par le point négatif, le tensioactif utilisé : le sodium coco-sulfate. Il est certes plus doux que les autres sulfates (ammonium lauryl sulfate, sodium laureth sulfate...) mais reste néanmoins un peu trop détergent. Cela dit, malgré la présence de ce tensioactif, ce shampoing a une mousse très fine et ne semble pas agresser mes cheveux, bien au contraire. On a l'impression qu'il est vraiment tout doux. 

          La composition est plutôt simple : de l'eau, le tensioactif principal, de l'argile (rhassoul), un second tensioactif et de l'extrait de bouleau d'afrique. A cela, on ajoute quelques agents de texture comme la gomme xanthane, des actifs hydratants (comme le gluconolactone), un agent conditionneur (capryloyl glycine) et enfin, les fameuses 5 épices, qui sont en fait une synergie d'huiles essentielles : résine d'encens, menthe poivrée, patchouli, gingembre, cannelle et giroflier. Nous avons donc bien nos cinq épices mais également d'autres essences parfumées.

     ► En bref : une formule simple et qui tient ses promesses, des huiles essentielles, et le strict minimum qui fait, vous allez le voir, très très bien son travail.


 Parfum, texture, efficacité...






Ce shampoing sent très bon, même si je préférais l'odeur de la crème sucrée ; plus douce, plus cocooning. Le parfum de L'épicée est parfait pour l'automne, il évoque vraiment la saison. La cannelle et la menthe sont, je trouve, dominantes, le patchouli ne se sent pas tellement ou alors en toute petite note. L'odeur ne reste, hélas, pas longtemps sur les cheveux mais en revanche elle embaume la salle de bains lors du shampoing et ça réchauffe la pièce.

     ► La texture est fluide, très agréable à appliquer. En frottant une petite noix de shampoing entre les mains, on obtient déjà une petite mousse qui se répartit très bien sur le cuir chevelu et les racines.

Mais le détail le plus important, c'est que non seulement ce shampoing n'emmêle pas les cheveux, mais en plus - en tout cas pour ma part - il a un léger effet démêlant. Ce qui fait que l'usage d'un après-shampoing n'est pas forcément nécessaire. De plus, il suffit à rincer un bain d'huile assez chargé (je l'ai testé après avoir laissé poser 48h mon huile divine mandarine). Après, évidemment, je ne pense pas que ce shampoing démêle des cheveux très indisciplinés ou bouclés, mais pour des cheveux comme les miens très fins et à peine ondulés qui ont besoin d'un démêlant léger, c'est parfait.

     ► Le shampoing est coloré mais ne fonce absolument pas votre couleur. Donc si comme moi vous êtes blonde, rassurez-vous ! La couleur du produit ne s'accroche pas à vos cheveux.

Si ce shampoing vous tente, vous pouvez avoir -10% sur le site Univeda avec le code CHEVEUXDEMINI10.


Avez-vous déjà testé cette marque ?
Allez vous vous laisser tenter par ce shampoing ?

jeudi 16 octobre 2014

Une huile précieuse au parfum de divine Mandarine...

Aujourd'hui, je vais vous faire découvrir un soin au parfum merveilleux et qui fait des miracles sur mes cheveux en cet automne... Il s'agit d'une huile qui, laissée longtemps sur mes cheveux, les rend plus souples, plus brillants et plus doux, en plus de les parfumer délicatement ! Sans plus tarder, voici ma revue.

  L'huile précieuse au doux parfum de Divine Mandarine...  







Cela faisait un bon moment que je n'avais plus fait de bains d'huile ; par manque de temps et surtout, parce que j'essaie d'économiser mon petit fond d'oléo silk qui est plutôt parfaite en soin de finition sur cheveux secs qu'en soin à faire poser. J'ai donc eu l'occasion de tester une huile plus riche et parfaite pour l'automne : l'huile Divine Mandarine, proposée par la marque Univeda !

Ingrédients (INCI) : Prunus armeniaca (Abricot) kernel oil, Simmondsia chinensis (Jojoba) seed oil*, Sesamum indicum (Sésame) seed oil, Borago officinalis (Bourrache) seed oil, Citrus paradisi (Pamplemousse Rose) peel oil, Citrus reticulata (Mandarine) peel oil, Pogostemon cablin (Patchouli) oil, Tocopherol, Glycine soja oil, Citral, Citronellol, Geraniol, Limonene, Linalool

Rien à dire sur la composition ; elle est parfaite. C'est une synergie de plusieurs huiles végétales (abricot, jojoba, sésame, bourrache et glycine de soja) avec des huiles essentielles (pamplemousse, mandarine et patchouli). L'huile de jojoba est certifiée biologique. Premier bon point : les huiles utilisées sont toutes très bonnes pour les cheveux, et la majorité ont un effet bonus. L'huile d'abricot est une très bonne base - que j'utilisais auparavant comme démaquillant - qui n'a pas spécialement d'effet particulier, mais reste un corps gras. Les huiles de jojoba et de sésame sont excellentes pour protéger les cheveux, l'huile de bourrache est stimulante pour la pousse... Et les huiles essentielles utilisées sont bénéfiques pour les cuirs chevelus gras. En fait, les hydrolats ou les essences d'agrumes sont de très bons alliés contre l'excès de sébum.

         Cette huile est plutôt fluide, tout en étant riche, et s'applique très facilement. Le packaging est très beau, dans les tons de l'automne, des couleurs chaudes et qui donnent vraiment envie... Et surtout, le parfum est exquis ! Si vous aimez les agrumes, et le patchouli, vous serez ravis par cette huile car elle sent divinement bon (et porte donc très bien son nom). Pour les massages, elle est également parfaite, elle pénètre assez vite la peau, l'odeur est apaisante et on ne reste pas avec une sensation de gras.

Mais c'est surtout sur mes cheveux qu'elle fait des merveilles. Et sur ce point, les images sont plus parlantes que les mots :



De la brillance, de la douceur, et de la souplesse : que demander de plus !

J'ai pris quatre pressions de l'huile, frotté entre mes mains pour la faire chauffer et appliqué le tout sur  mes longueurs. J'ai laissé poser le bain d'huile sur deux jours. J'ai profité d'un week end pour laisser mes cheveux en paix et reculer mon shampoing jusqu'au lundi (donc, 8 jours entre deux shampoings) et, de ce fait, l'huile a été bien absorbée et a protégé mes cheveux durant tout ce temps. J'ai rincé avec un simple shampoing sans appliquer d'après-shampoing (d'ailleurs, avec mon shampoing du moment, l'après-shampoing ne s'avère pas spécialement nécessaire) je vous parlerai d'ailleurs de ce dernier très bientôt ; il s'agit du shampoing L'épicée des Délices d'Azylis.

Si cette huile vous tente, vous pourrez la trouver ici : Huile divine mandarine, Univeda
Le seul bémol, c'est son prix : 19€ pour 100ml. Mais je pense tout de même que le résultat est à la hauteur. Peut-être que c'est l'ensemble, l'espacement des shampoings, le bain d'huile très long et le shampoing très doux, en tout cas le résultat me plaît et c'est l'essentiel !

P.S. : vous pouvez avoir -10% sur toute la boutique avec le code CHEVEUXDEMINI10.




Et vous, connaissez-vous cette huile ?
Quel est votre soin du moment ?

lundi 13 octobre 2014

Pourquoi j'ai arrêté de me maquiller.

Vous me posez souvent beaucoup de questions par rapport au maquillage. Pourquoi je ne me maquille pas, pourquoi je n'utilise pas de maquillage bio pour "pouvoir" me maquiller, comment réagissent mes proches, ou les personnes que je ne connais pas... J'ai donc décidé de vous en parler plus amplement, à travers cet article et surtout à travers une vidéo qui répond à vos principales questions.

  Pourquoi j'ai arrêté le maquillage.  



La plupart des sujets qui me tenaient à coeur sont abordés dans la vidéo. Néanmoins, j'ai l'impression d'avoir oublié des détails importants et je tenais donc à la compléter ici, sur le blog.

La vidéo : pourquoi j'ai arrêté de me maquiller et mon regard sur le maquillage.


J'aimerais donc revenir sur un point que je n'aborde pas, ou très peu, dans la vidéo ; la situation de la femme face au maquillage. Se maquiller, lorsque l'on est une femme, est presque un devoir au regard des hommes, mais évidemment on nous laisse encore très peu de choix ; une femme non maquillée (ou pire : non épilée !) sera jugée négligée, voire sale, alors qu'il ne s'agit que de son état... Naturel ! Au contraire, une femme "trop" maquillée sera systématiquement jugée vulgaire, superficielle, et taxée de sobriquets machistes... En clair, aucun équilibre dans tout cela et surtout, aucune liberté ; que faire, alors ? Se maquiller selon un seul modèle bien précis et toutes devenir des pantins en uniforme ? Et encore, le "trop de maquillage" varie selon les critères de chacun. La pression qui pèse sur nous, avec le maquillage, est principalement masculine, en tout cas c'est ce que je constate avec le recul. Par ailleurs, dans les publicités, jamais je n'ai vu un homme être attiré par une femme ne portant pas de maquillage. Là encore, des messages subliminaux sont glissés un peu partout pour nous enlever toujours un peu plus de notre confiance.



Mon "historique" maquillage est assez lourd et, pour ma part, la principale fonction du maquillage (entendez par là ; la fonction qui a duré le plus longtemps) a été bien malheureusement de me servir de masque, pour me cacher ; soit parce que je détestais mon apparence à l'époque, soit pour éviter tout simplement de montrer mon visage. Petit à petit, par habitude, en sortant de l'adolescence et en ayant davantage confiance en moi, cela s'est transformé en plaisir et en atout pour me "mettre en valeur" ou pour faire ressortir mes yeux mais je commençais à trouver cela de plus en plus long, pénible, inutile et surtout sans but précis. Je me posais souvent la question "mais pourquoi je me suis maquillée, ce matin"... Pourtant je me sentais obligée de le faire pour être acceptable socialement.

        Lorsque j'étais en coiffure, comme je le dis dans la vidéo, j'ai arrêté de me maquiller totalement (pendant un peu plus d'un an, et ce même lorsque je travaillais en salon). Le personnel enseignant et les élèves étaient tous aussi intolérants les uns que les autres, on aurait presque dit qu'ils avaient du maquillage à me vendre sous le manteau tant les arguments employés étaient publicitaires, et typiquement le genre de discours prémâché et ressorti sans même chercher à réfléchir ou à comprendre ledit discours. On me donnait des conseils que je ne demandais pas, comme si mon visage non-maquillé était un appel au secours : "vite, relookez-moi". Or je demandais tout sauf des jugements déguisés en pseudo-conseils professionnels de maquillage dont je n'avais que faire. Cette attitude m'agaçait profondément et c'est aussi pour cela que j'ai recommencé à me maquiller par la suite pendant quelques années ; pour que l'on me fiche la paix. Au salon, les remarques allaient bon train (dans mon dos, la plupart du temps) allant du "elle est malade, elle est fatiguée, ça se voit" au "sans maquillage là, comme ça, on dirait une dépressive", toujours sans réfléchir, juste parce que j'avais décidé d'aller à contresens du chemin imposé par ce milieu plutôt superficiel (et là, le mot prend tout son sens : des personnes qui jugent sans chercher à aller plus en profondeur, en restant dans ce qu'ils voient du bout de leur nez) et ultra-normé.

Avec le recul, je pense réellement que le maquillage a freiné mon épanouissement et l'acceptation de mon corps. Je ne me sentais belle que maquillée, j'avais du mal à sortir sans "au moins un peu d'anti-cernes et de mascara" qui se transformait en "je me poudre rapidement et discrètement et je me maquille tout le visage"... Plus je me voyais maquillée et moins j'appréciais mon image réelle, heureusement avec le temps et quelques périodes d'absence totale de maquillage pendant plusieurs semaines, cette impression a peu a peu disparu.





       Avec le temps j'ai maintenant un avis totalement neutre vis à vis du maquillage ; mais je n'ai pas envie de me maquiller. J'apprécie mon visage sans maquillage, je n'ai pas envie d'avoir l'impression de le dénaturer. Je trouve que c'est une perte de temps, et qu'on nous impose un style trop précis de maquillage ; de plus, en ayant comparé plusieurs sites et en ayant trouvé une moyenne de 134€ pour dix produits basiques de maquillage bio, je préfère largement garder mon argent pour autre chose ; à ce tarif là, j'ai un cadre de lit, un week end thalasso, environ 58 kilos de bananes ou encore 19 places de cinéma... Je ne me maquille pas, même en soirée, ou pour une quelconque occasion car je ne vois pas pourquoi je devrais me présenter différemment ! Cela me semble logique. Pour certains, se maquiller c'est se respecter et respecter les autres. Pour moi, se respecter, c'est écouter son corps, ses idées, faire ce qui nous embellit en nous rendant heureux et non en modifiant forcément notre apparence.

Et vous, qu'en pensez-vous ?
Quel est votre regard vis à vis du maquillage ?

Vous aimerez peut-être :

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...